kinésithérapie respiratoire

Définition de la kinésithérapie respiratoire

La kinésithérapie respiratoire est une technique principalement axée sur le développement, le maintien et le rétablissement de l’amplitude respiratoire maximale et des capacités fonctionnelles d’une personne.

Dans un premier temps, le kinésithérapeute évalue l’amplitude respiratoire, puis établit un diagnostic. Il va ensuite planifier le traitement, intervenir manuellement et réaliser un examen bilan afin de constater les améliorations. L’objectif étant de permettre au patient de récupérer assez de capacités pulmonaires pour assurer les tâches de sa vie quotidienne.

Techniques de la kinésithérapie respiratoire

Au cours des dernières années, les études scientifiques ont démontré l’efficacité de la kinésithérapie ventilatoire. Sous forme d’exercices physiques et de manipulations manuelles, elle est de plus en plus utilisée dans de nombreux domaines, allant des soins intensifs aux maladies respiratoires chroniques.

  • Maintenir ou améliorer la tolérance à l’exercice ;
  • Améliorer l’exécution des tâches quotidiennes ;
  • Maintenir et améliorer l’activité physique, en aidant les patients à adopter un loisir ou une activité adaptée à leurs capacités ;
  • Réduire l’essoufflement ;
  • Améliorer l’efficacité de la ventilation ;
  • Soutenir le sevrage de la ventilation mécanique et mettre en place une ventilation normal non invasive ;
  • Mobiliser et aider à l’expectoration des sécrétions (toux de mucus) ;
  • Améliorer les connaissances et la compréhension du patient ;
  • Réduire la douleur thoraciqu ;
  • Accompagner les angoisses dues au manque d’air et ainsi permettre au patient de faciliter le travail de respiration en exprimant ses craintes.

En plus des manipulations manuelles, les percussions mécaniques peuvent être utilisées. Leur but est d’appliquer de l’énergie cinétique à la paroi thoracique et aux poumons à intervalles réguliers. La percussion est aussi appelée tapping, clapping ou tapotement. Elle peut être réalisée en frappant rythmiquement le thorax avec une main ou en utilisant un dispositif mécanique appliqué directement sur le(s) segment(s) pulmonaire(s) atteint(s). Elle permet le détachement et l’évacuation de mucus.

Cette technique est ancienne et les professionnels ne l’utilisent plus. « La technique du clapping était enseignée il y a 30 ans lorsque j’ai fait mes études. Puis elle a été décriée, jugée inutile, et même déconseillée pour les maladies respiratoires du type de la mucoviscidose. Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui, mais je pense que c’est une technique secondaire à l’efficacité limitée.

La technique de choix est l’AFE (Accélération du flux expiratoire). Les pressions sur le thorax visent à abaisser les côtes pour provoquer une expiration. Elles se font de manière plus ou moins fortes et plus ou moins rapides en fonction des zones des poumons que l’on vise.

On peut également faire tousser et cracher les enfants en exerçant une pression sur la trachée. »

Qui est concerné ?

La kiné respiratoire peut être utilisée à tout âge. Elle peut être employée sur un bébé prématuré, aussi bien que sur une personne âgée. Jusqu’à 2 à 3 ans, les enfants ont des difficultés à se moucher et à tousser. Cette technique est utile pour désencombrer les bronches.

Les services d’un kinésithérapeute peuvent être utilisés à tous les âges et à tous les stades de la maladie, depuis le diagnostic précoce, aux épisodes aigus, aux maladies chroniques et aux soins hospitaliers.

Les kinésithérapeutes s’inscrivent dans le parcours de soins et les séances sont prescrites par le médecin traitant. Leur rôle est clair : il comprend l’évaluation, les conseils, l’éducation et le traitement.